• Raluca Belandry

Nul orage

"Une ombre passe

dans l’absence qui pétrit le temps,

bruissement entre des mains

qui poussent les feuilles cordées

d’une plante ni transparente, ni opaque,

nervurée comme une fougère,

refuge et instrument pour un esprit

hésitant. Ces mains

qui hantent et voilent nos yeux.

Mais les yeux sont des lèvres

les yeux sont des bras et des jambes,

les yeux sont des rêves et des mots –


Elle passe

Combien de jours, dans le jour interminable,

roulent dans le tambour arrêté de l’orage.

Le vent ne parle plus,

l’air creuse un espace inouï.

Dans la caisse de résonance, entre deux parois,

il reste une place pour un corps orphelin

de réveils, de rages et de cauchemars.

Ce corps a épousé la paroi de nos ventres,

courbés sur l’absence –


Elle passe

Les mains tremblent en écartant les feuilles,

le corps retentit dans le vide résonnant.

Plus aucune menace ne sert

à l’abandon du corps devant l’orage d'hier.


Elle passe

Et s’éloigne maintenant.

Le temps se pétrira de l’absence de l’ombre

qui éclairera les mains bruissant,

poussant l’archet

sur les cordes de l’instrument,

descendant sur les nervures d’une fougère,

pour attraper une musique ni sourde, ni froide

que ce corps entendra. "


R.B.


Posts similaires

Voir tout

Le fruit